Archives par mot-clé : Manu Larcenet

C, comme … « Colt Bingers l’insoumis », une BD de Lionel Chouin et Pascal Jousselin

Mon histoire de lecteur de BD est diverse et variée. Comme beaucoup de personnes de mon âge, je lisais les albums de Tintin, d’Astérix ou de Spirou que je recevais pour mes anniversaires, à noël, ou lors de diverses occasions. Quand j’avais trois sous, je me tournais vers les revues. Je plongeais aussi bien dans les pages de « Pif Gadget » que dans celles pleines de super-héros des éditions Lug (Strange et Titans en tête).

Puis j’ai découvert, un peu plus tard, la revue Fluide glacial. Et si les BD de Manu Larcenet étaient les histoires qui me plaisaient le plus dans leurs pages, je dois dire que le ton général de la revue m’a véritablement marqué.

Enfin, toujours quelques années plus tard, je plongeais dans certaines pages des BD dite indépendantes. Si les réalisations trop intellectualisantes avaient tendance à me faire fuir, les volumes d’Étienne Lecroart, de Jean-Philippe Peyrault ou de David Vandermeulen furent de très bon moments de lecture.

Et ceux de Pascal Jousselin aussi.

colt-bingersCet album intégrale de la série « Colt Bingers » regroupe ainsi pas mal d’éléments de mon histoire. Cette BD fut réalisée par Pacal Jousselin et Lionel Chouin, avec son ton décalé estampillé Fluide Glacial.

Le scénario est très seventies américain : un policier doué mais jouant avec les limites de la loi veut venger la mort de sa femme, tuée par un borgne unijambiste ! Dans ce Colt Bingers, il y a de l’insecteur Harry, du Colt Seavers (d’ailleurs, que les deux noms sonnent de manière identique n’est pas un hasard)…

Et sous les aspects post-modernes de la série (la BD fonctionne à la fois comme une BD policière classique et aussi comme une parodie) (comme l’a écrit, de la meilleure manière à mon avis, Francis Valéry, le post-moderne, c’est « le beurre et l’argent du beurre » …), il y a une jolie dénonciation du mythe du héros qui s’excepte de la loi du commun.

Bref, c’est une lecture plaisante, et qui vous laisse, une fois la BD refermée, quelques petites idées qui feront leur chemin dans votre vision du monde. Que demander de plus ?