Archives par mot-clé : Fredric Brown

Les éditions « Chardon bleu » et leur collection pour la jeunesse

Pour la librairie, je viens d’acheter trois volumes de la collection « Grands caractères » des éditions « Chardon bleu », une collection qui semble vraiment peu courante…

CB-tolkienCette maison d’édition lyonnaise  a publié, au milieu des années 80, un ensemble d’ouvrages brochés (13,7 x 18,5 cm), avec de très jolies illustrations. Restée relativement confidentielle, cette collection proposait pourtant de très bon textes, une belle maquette, et des illustrations de qualité.

CB-pohonJ’ai pu établir la liste des volumes parus jusqu’en 1986 (grâce aux listes se trouvant à la fin de chaque volume !) La voici :

  • Michel TOURNIER : « Vendredi ou la vie sauvage » (ill. François Crozat)
  • Arthur CONAN DOYLE : « La Ceinture empoisonnée » (ill. Jean Claverie et Olivier Poncer)
  • John FLANDERS : « Le Monstre de Borough » (ill. Philippe Pauzin)
  • Gianni RODARI : « La Tarte volante » (ill. Florence Garcier)
  • Italo CALVINO : « Romarine » (ill. Maurice Garnier)
  • Jean OLLIVIER : « Récits des mers du Sud » (ill. Jean Cane)
  • Irène FRAIN LE POHON : « Conte du sel et de la lune » (ill. Sylvie Fayolle)
  • George SAND : « Les Ailes de courage » (ill. Alain Durbec)
  • Olivier LÉCRIVAIN : « Blues pour Marco » (ill. Isabelle Rifaux)
  • Fredric BROWN : « Une étoile m’a dit » (ill. Maurice Garnier)
  • J. R. R. TOLKIEN : « Le fermier Gilles de Ham » (ill. Philippe Pauzin)
  • Jack LONDON : « Souvenirs et aventures au pays de l’or » (ill. Mariette Guigal)
  • George SAND : « Le Chêne parlant » (ill. Alain Durbec)
  • Yves PINGUILLY : « Le coeur qui pique les yeux » (ill. Claire Nadaud)
  • Philippe RENARD : « Plume Blanche l’indienne » (ill. Patrick Deschamps)
  • J. R. R. TOLKIEN : « Smith de Grand Wootton » (ill. Philippe Pauzin)

CB-brownSi vous possédez d’autres volumes, dites le moi. Ou, mieux, venez en discuter avec nous sur le forum BDFI !

Calendrier de l’Avent de la librairie, Jour 14 : Ça ne se refuse pas, de Fredric Brown

Fredric Brown, c’est un écrivain de la surprise. Perpétuelle, la surprise. Correcteur pendant sa première partie de vie pour les magazines américains (les pulp), aussi bien ceux spécialisés dans le polar que dans la SF, il décide, au bout de quelques années, de se lancer dans l’écriture.

Il va donner quelques chefs-d’oeuvre, dans le monde de la SF (Martiens go home !, en est un, par exemple). comme dans celui du polar.

Et ce roman en est un…

fredricbrownL’intrigue ? Un tueur en série vient de commencer ses méfaits en ville. Par ailleurs, un représentant en alcool, joueur invétéré, doit des sommes faramineuses à ses créanciers. Très logiquement lui vient alors une idée… Sa femme correspond à peu de chose près au profil des victimes du tueur, et une grosse assurance vie est sur sa tête. Il ne lui reste plus qu’à trouver le tueur avant les flics, et tout faire pour lui indiquer le chemin de sa maison, où sa femme est seule, et tous ses problèmes seront résolus !

Lire un roman policier comme celui-là, vraiment, est-ce que ça se refuse ?…