Archives de catégorie : Trésors de la librairie

La Croisière des enfants, d’André Hellé

André Hellé (de son vrai nom André Laclôtre, 1871-1945) a été l’un des artistes les plus novateurs de son temps. Son trait épuré, ses aplats de couleurs, en font un artiste profondément moderne.

EF00464G-bReconnu dès le début de ses créations, il fera dire de lui : « On cherchait en vain à [l’]art audacieux [des livres pour enfants] un ancêtre à travers la longue et noble lignée des illustrateurs du XIXe siècle. Andre Hellé c’était tout neuf. (…) Dédaignant les détails, Hellé avait saisi le rythme caché et il le traduisait avec une apparente naïveté. (…) Avec lui le mouvement moderne de peinture est entré dans l’illustration du livre pour enfants » (Claire Huchet Bishop, dans la French Review, en 1936)

EF00464G_2EF00464G_3La librairie est heureuse de proposer à la vente un ouvrage magnifique de cet artiste, cette « Croisière des enfants », dans un vraiment bel état.

Ce livre, comme beaucoup d’autres, est présenté dans notre deuxième liste thématique, consacré à une sélection d’enfantina (ancien comme moderne), de BD et de beaux livres… Vous pouvez télécharger ladite liste ici :

EnfantinaDes exemplaires papier de la liste sont disponibles en librairie (ou sur demande par mail).

Des fascicules populaires pleins de crimes : « Jack Dollar, The First Detective In The World »

Dans le monde des fascicules populaires, il y a certaines séries qui furent d’énormes succès… et certaines qui sont restées mystérieusement dans l’ombre de l’histoire.

Voulant surfer sur la mode des enquêteurs solitaires résolvant par la simple puissance de leur cerveau les crimes les plus étranges, les Éditions Modernes lancèrent les aventures de Jack Dollar.

Le Squelette assassinChaque fascicule (de 13 x 19,50 cm, et de 20 pages) contenait un récit complet, et coûtait 15 centimes (le premier fut vendu à 5 c., afin d’attirer les lecteurs, vieille ruse bien connue dans ce type d’ éditions). La publication était hebdomadaire (le jeudi), et une illustration en trois tons (rouge, jaune et noir) servait de couverture.

Qui a volé ?Au quatrième plat de chaque fascicule, on pouvait lire ce texte :

« Les exploits de nos plus célèbres policiers ont toujours passionnés la jeunesse. Aussi, après Sherlock Holmes et Nick Carter, Jack Dollar devait paraître.

Les enquêtes prodigieuses de ce nouveau détective l’ont élevé à la hauteur de ses maîtres. Jack Dollar est devenu The first Detective in the World, le premier policier du monde.

Rien de plus captivant, passionnant, émotionnant que le récit des exploits du roi des policiers modernes, et nos lecteurs trouveront émotions et intérêt dans le récit attrayant de ces romanesques aventures. »

L'Héritage fatalEn fait de texte passionnant, nous avons affaire à des resucées d’intrigues connues (sur des airs plus ou moins plagiaires).

Mais cette série se fait rare, et la vingtaine de volumes que la librairie vient d’acquérir propose un bel aperçu de cette publication.

Le Drame du Majestic-TheatreListe des volumes (connus de nous) :

  1. Un Crime mystérieux
  2. Le Bar du Perroquet Vert
  3. L’Enigme du Royal Club
  4. Un Cri de femme dans la nuit
  5. Le Vampire des cinémas
  6. La Main rouge
  7. Qui a tué ?
  8. L’Empoisonneuse de New York
  9. Le Squelette assassin
  10. Un Meurtre en taxi cab
  11. Qui a volé ?
  12. Le Mort ressuscité
  13. Le Collier de perles noires
  14. La Bande des garçons de recettes
  15. L’Héritage fatal
  16. La Valise mystérieuse
  17. Un Bandit du grand monde
  18. L’Alchimiste de Pick Street
  19. Sanglante énigme
  20. La Malle tragique
  21. Un Criminel de haut vol
  22. Un Complice inattendu
  23. Le Coffret de cristal
  24. Bobby Treeb, champion de boxe
  25. Un Voleur pas ordinaire
  26. Le Mort vivant
  27. La Ferme sanglante
  28. Le Mystère du château de Brooke
  29. Les Vols de la Financial Company
  30. Le Tram-Car 313
  31. Le Portrait de Washington
  32. L’Avion F 317
  33. Le Rapt du petit Charlie
  34. Les Bijoux de la chanteuse
  35. Accident, suicide ou meurtre ?
  36. Le Suicide du banquier
  37. Le Collier de béryl
  38. Le Commerce de M. Marc Twain
  39. Le Secret de l’ascenseur
  40. Le Boléro de diamants
  41. L’Assassin invisible
  42. Le Pendu du bois de Bush
  43. Le Drame du Majestic-Theatre
  44. Les Dévaliseurs de la malle-poste

Le Collier de perles noiresBonne lecture !

Les Mirifiques Aventures d’Albert, Toto, Black et Jacquot, de J.-Jacques Roussau

S’il est un domaine dans lequel L’Ouest-Éclair, fameux journal, ne semblait pas des plus à l’aise, c’est bien le feuilleton pour enfants. Depuis le début du siècle, les Offenstadt inondent le marché avec leurs publications, et c’est en 1927 que la direction du journal décide de donner une place dans ses pages à une publication pour enfant.

BD00730G_2Chaque jeudi paraît alors une demi-page, faite de 16 vignettes (à bulles !), qui raconte les aventures de deux garçons, avec leur chien et leur perroquet, embarqué autour du monde, avec le capitaine du bateau qui cherche toujours à leur nuire… et qui, immanquablement, voit ses plans se retourner contre lui ! Ce sont « Les Mirifiques Aventures d’Albert, Toto, Black et Jacquot » de Jean-Jacques Roussau (sans le *e* 😉 )

Dès la fin de cette publication, un album est édité par R. Bachelet, qui regroupe l’ensemble des planches, inaugurant ainsi les premiers « produits dérivés » issus de L’Ouest-Éclair !

BD00730GC’est cet album que la librairie propose aujourd’hui à la vente !

Bibliothèque illustrée de la Chocolaterie Poulain

Voila une série de petits ouvrages miniatures des plus étranges et sympathiques !

TitreIl s’agit d’une collection miniature (env. 4,50 x 7 cm), proposant de petits textes, contes et autres micro-nouvelles.

La couverture, en carton un peu fort, porte au premier plat le titre du texte, et quasiment systématiquement une jolie chromolithographie en relief, contrecollée ! Le quatrième plat est réservé à la mention « Bibliothèque illustrée de la Chocolaterie Poulain ».

20170708_103207Ces mentions sont en différentes couleurs (rouge, bleu, marron, violet, vert ou gris). La couleur en elle-même ne semble pas porter une signification précise. Il doit juste s’agir de variations de couleurs lors de l’impression des couvertures…

20170708_103232À l’intérieur, l’ouvrage prend la forme d’un leporello, avec le texte sur 3 colonnes, recto-verso.

20170708_103242L’ouvrage se termine parfois sur un texte publicitaire concernant les bienfaits du chocolat de qualité…

20170708_103252La librairie vient de rentrer une quarantaine de ces petits ouvrages, quasiment tous avec leur chromo, et en bel état !

20170708_102114En violet :

  • Le Noyé
  • Lettre au Bon Dieu
  • Les six compagnons auxquels rien n’est impossible
  • Le Prince chéri
  • Les découvertes de M. Jean
  • Le chevreuil blessé
  • Jean le petit sorcier
  • Don Quichotte
  • Djinah ou la chèvre mystérieuse
  • Le petit brave
  • Blondine, Bonne-Biche et Beau-Minon
  • Le brigand Rock
  • Le lion reconnaissant
  • Tom Pouce
  • La poule aux oeufs d’or (sans chromo)
  • Aladin et la lampe merveilleuse (sans chromo)
  • Le serpentin vert (sans chromo)

20170708_102129En marron :

  • Le mauvais génie
  • L’enfant de la bonne vierge
  • Le sorcier Baraflamme
  • La reine des Amazones
  • Le cordonnier et le tailleur
  • Les fées (sans chromo)

20170708_102704En bleu :

  • Blanche-Neige
  • La reine des abeilles
  • Le château fantastique
  • La passion du jeu
  • Le singe ou le revenant
  • Le zouave et son chat
  • Les trois cheveux d’or du diable
  • Le vieux roi et le jeune paysan
  • Mr de Crac

20170708_102707En rouge :

  • La danse des oeufs
  • Le grand-père
  • La poule aux oeufs d’or
  • Le naufrage du petit Jacques
  • L’ours et le roitelet
  • L’ondine de l’étang

20170708_102738En vert :

  • Le dévouement de Marcel
  • Le géant Brida
  • Le chien du Saint Bernard

20170708_102124En gris :

  • Le voyage de M. Clopinet
  • Le juif dans les épines

 

« La K7, le plein d’infos », ou le magazine audio en vente sur les aires d’autoroute

Une étrangeté sur le blog de la librairie, à nouveau, après les livrets Nutella : « La K7 Le Plein d’infos ».

Début 1998, apparaît une cassette audio, dans une protection cartonnée, et qui est vendue uniquement sur les aires d’autoroute et dans les stations services. L’idée est de proposer, deux fois par mois, l’équivalent sonore d’un magazine papier de reportages.

VP00052PPas vraiment une somme de chroniques de type radio, assurément pas des articles de presse écrite, dont pourtant ils s’inspirent fortement, ces cassettes audio relèvent assurément de l’inclassable. Sans compter que leur lancement se fait au moment de la disparition de la cassette audio au profit du CD ! Quel timing ! 😉

Nous venons de mettre la main sur les trois premiers numéros, et on ne sait pas si ce sont les seuls numéros parus… Voici les sommaires…

N°1 (14 janvier 1998) :

  • Daniel Herrero : un homme … etc.
  • Reporters sans Frontières
  • Le Mystère de Pigalle
  • 7, 8, 9 : téléphonez malin !
  • Le scandale de l’amiante
  • L’enfant qui voulait voir la mer
  • Une greffe de foie exceptionnelle
  • Mode : Rondes de nuit
  • Cuba : peso ou dollar ?

N°2 (28 janvier 1998) :

  • Droits de l’Homme : les héritiers de Zola
  • Mondial, rêve de gosses
  • 08 36 … : un drôle de numéro
  • Une braguette à 200.000 $
  • Alerte au mercure ?
  • Angoulême : capitale de la B.D.
  • Vous avez dit Laguiole
  • Cuba pas très catholique

n°3 (sans date) :

  • Spécial coupe du monde : interview en coup d’envoi, Jean-Luc Delarue
  • Spécial coupe du monde : Nathalie Le Gall, l’affiche
  • Spécial coupe du monde : La sécurité, le foot au féminin
  • Le « X » de Pamela Anderson
  • Les belles préfèrent les laids
  • La colère d’un chômeur
  • Une « Brève de comptoir »
  • Quentin, 12 ans, surdoué
  • La vie quotidienne à Cuba

Et il y a, dans chaque numéro, les instructions pour gagner un voyage à Cuba (d’où également les reportages systématiques).

L’animateur est Gilles Roussel, c’est produit par D.M.J. (à Paris), avec l’Agence Tandem au service de presse…

Que dire de plus, sinon que je ne sais pas grand chose d’autre sur ces objets sonores ?… D’ailleurs, si certains d’entre vous en savent plus, écrivez moi, j’étofferai cet article…

Les livrets en cadeaux dans les pots de Nutella

Nutella, bien sûr, pour le collectionneur, ce sont les verres décorés… Mais il faut savoir également que Ferrerro France offrit des médailles, des pièces de puzzle en mousse… et des petits livrets !

Logo NutellaNous sommes dans le courant des années 80 et 90. Dans chaque pot de Nutella de taille de 400 g ou 750 g, est placé, entre le couvercle de plastique et un cache en carton, un petit cadeau… Les collectionneurs de BD se souviennent des médailles et des mini-BD sous licence Astérix. Mais l’offre est large et diversifiée !

Très souvent, ce sont de petits livrets (agrafés ou en leporello (livre-accordéon)), et les séries, de 6 publications différentes principalement, s’enchaînent à un rythme d’environ 2 à 3 par an (ce qui permet à Nutella de laisser le temps aux acheteurs de compléter leur collection, tout en les incitant à avaler une quantité de pâte à tartiner importante… 😉 )

Petit florilège de ce que la librairie peut vous proposer :

VP00038P1988 : Les Plus Grands Fleuves du monde (6 leporello)

VP00039P1989 : Nutella te raconte la Révolution française (6 leporello)

VP00050P1989 (?) : Champion, le sport ! (6 livrets agrafés)

VP00041P1990 : Les Grands Explorateurs (6 livrets agrafés)

VP00049P1990 : La Sécurité à la maison (6 livrets agrafés)

VP00043P1990 : La Météo (6 livrets agrafés)

VP00044P1991 : Les Fables de La Fontaine (6 leporello)

VP00046P1991 : Les Animaux et leurs mystères (6 livrets agrafés)

VP00040P1992 : Les Grandes inventions (6 leporello)

VP00042P1993 : L’astronomie (6 leporello)

VP00048P1993 : Découvre 6 grandes énigmes avec Nutella (6 leporello)

VP00047P1993 : Les Enfants du monde (6 livrets dépliants)

VP00045P1994 : Apprends l’écologie avec Nutella (sic) (7 leporello)

VP00051P(sans date) : La Sécurité routière (disques cartonnés)

Il faut noter aussi qu’à partir du début des années 90, chaque série propose un décor adapté dans lequel placer les éléments (un théâtre pour les livrets autour de La Fontaine, un ciel étoilé pour l’astronomie, une maison pour la sécurité domestique…), obtenu par le consommateur contre l’envoi de timbres.

« Vica défie l’Oncle Sam », ou la propagande nazie en bande dessinée…

Vica est un dessinateur au trait coloré et enjoué. Chacun de nous a au moins une fois vu l’une de ses réalisations : la célèbre publicité « Yabon » pour Banania.

Né a Kiev, de son vrai nom Vincent Krassousky (d’où le « V.K. » qui devient « Vica »), il est le fils d’un officier de l’armée du Tsar, disparu en Bulgarie. Sa mère et sa soeur sont tués par les révolutionnaires bolcheviques, et lui, s’enrôle à l’âge de 16 ans (en 1918) dans l’Armée Blanche de Wrangel, où il participe, pendant 2 années, à la guerre civile russe.

20170208_103901Arrivée en France en 1929, il est remarqué très tôt pour ses talents de dessinateur. Dès 1930, il réalise diverses publicités. Les éditions Gordinne (un éditeur belge) lui ouvre les portes pour produire les aventures d’un marin, très vaguement (vraiment très vaguement…) inspiré de Popeye… Ce marin sera nommé … Vica (sic !…)

Après l’Armistice de 1940, Vica reste à Paris. Il publie dans des illustrés pour la jeunesse autorisés par l’Occupant : le (relativement) sage Gavroche, mais aussi Le Téméraire, bien plus engagé… Dans cette lignée, il fait paraître en 1942, aux éditions Dompol, deux albums archétypaux de la propagande pro-nazie : « Vica au paradis de l’U.R.S.S. » et « Vica  contre les services secrets anglais ».

20170208_103930Mais c’est à la Société des Éditions Coloniales et Métropolitaines, toujours en 1942, qu’il fournit le plus rare de ces trois albums de propagande : « Vica défie l’Oncle Sam ». Profondément anti-américain et antisémite, l’album propose les aventures de son héros aux États Unis pendant la guerre, à grand renfort de caricatures et de photographies truquées.

Son trait est paradoxalement agréable et tout en rondeur, avec des couleurs vives et attrayantes, faisant assez penser à Calvo, qui lui-même officiait au même moment dans l’autre camp (et qui donnera en 1944 le fameux et magnifique « La Bête est morte »…).

20170208_103946Certaines sources affirment que deux officiers allemands furent adjoints à Vica pour la réalisation de ces trois albums de propagande : l’un pour la correction des textes, l’autre pour la réalisation des photo truquées.

20170208_103959À la fin de la guerre, Vica sera jugé, et condamné, pour ces activités de propagandiste, à un an de prison ferme, à une amende de 1000 francs, et à l’indignité nationale. À sa sortie de prison, il reprendra son activité de dessinateur sous le pseudonyme de Tim dans le magazine « Cadet Journal ». On perd sa trace en 1946.