« Les chefs-d’oeuvre du roman » populaire

Au début des années 60, une collection, sobrement intitulé « Les chefs-d’oeuvre du roman » (excusez du peu), va proposer un rand nombre de textes difficiles d’accès…

PP00329PCette collection, au format poche, sera exclusivement tournée vers les grands textes (souvent dans la ligne « Cape et épée ») de la littérature populaire de la fin XIXe / début XXe siècle.

PP00335PAu quatrième plat, on peut lire :

Lagardère… Pardaillan… noms qui sonnent clair, symboles de panache et d’honneur, héros impétueux qui ont assuré à Paul Féval et à Michel Zévaco l’immortalité …

Mignon… La porteuse de pain… héroïnes sensibles et émouvantes de romans d’amour et d’action dont le succès ne s’est jamais ralenti et qui ont fait la gloire de Michel Morphy et de Xavier de Montépin…

… Ce sont eux et les innombrables et truculents personnages des grands romans de cape et d’épée, d’amour et d’action des plus célèbres auteurs que présente désormais la nouvelle collection Les Chefs-D’Oeuvre du Roman !

PP00340PPlongeant dans les documents et les listes trouvées de-ci de-là, nous avons pu établir qu’ont été publiés par eux :

  • Jules Beaujoint : L’Auberge sanglante de Peirebeilhe
  • Paul Bertnay : Le passeur de la Moselle
  • Paul Bertnay : Le secret de Thérèse
  • Pierre Decourcelle : Les Deux Gosses
  • Pierre Decourcelle : Fanfan et Claudinet
  • Pierre Decourcelle : La chambre d’amour
  • Pierre Decourcelle : Le crime d’une Sainte
  • Paul Féval : Le Bossu
  • Paul Féval : Le Chevalier de Lagardère
  • Paul Féval fils : La Jeunesse du bossu
  • Paul Féval fils : Les Chevauchées de Lagardère
  • Paul Féval fils : Le Fils de Lagardère
  • Paul Féval fils : Cocardasse et Passepoil
  • Paul Féval fils : Mademoiselle de Lagardère
  • Paul Féval fils : Les Jumeaux de Nevers
  • Paul Féval fils : La Petite-Fille du bossu
  • Émile Gaboriau : Monsieur Lecoq
  • Émile Gaboriau : L’affaire Lerouge
  • Jules de Grandpré : Mandrin
  • Edmond Ladoucette : Le Masque de fer
  • Edmond Ladoucette : La Guerre des Camisards (Le Masque de fer)
  • Jules Mary : La Fée Printemps
  • Charles Merouville : Mortel amour
  • Xavier de Montépin : La Porteuse de pain
  • Xavier de Montépin : Les Filles du saltimbanque
  • Michel Morphy : Mignon
  • Michel Morphy : La Fille de Mignon
  • Michel Morphy : Mignon vengée
  • Ponson du Terrail : Rocambole
  • Paul Rouget : La Faute de Jeannine
  • Eugène Sue : Le Prince Rodolphe (Les Mystères de Paris)
  • Eugène Sue : Les infamies d’un notaire (Les Mystères de Paris)
  • Eugène Sue : Fleur de Marie (Les Mystères de Paris)
  • Eugène Sue : Le Juif errant
  • Eugène Sue : Rodin (Le Juif errant)
  • Michel Zévaco : Le Capitan
  • Michel Zévaco : Les Pardaillan
  • Michel Zévaco : L’épopée d’amour (les Pardaillan)
  • Michel Zévaco : La Fausta (les Pardaillan)
  • Michel Zévaco : Fausta vaincue (les Pardaillan)
  • Michel Zévaco : Pardaillan et Fausta (les Pardaillan)
  • Michel Zévaco : Nostradamus
  • Michel Zévaco : Les Amours de Chico
  • Michel Zévaco : Le Pont des soupirs
  • Michel Zévaco : Les Amants de Venise
  • Michel Zévaco : L’Héroïne

PP00334PBonne lecture !

Agnès Rosenstiehl !!!

Pour moi, l’art d’Agnès Rosenstiehl est indissociable de cette petite chanson lancinante que j’entendais, enfant… « Mimi Cracra l’eau elle aime ça… l’eau moi j’adore ça ça dégringole et je rigole »…

EF00703MMais Agnès Rosenstiehl, plus qu’une manière de dessiner, c’est un univers et une patte inimitable.

L00060CAElle s’est frotté à tous les grands classiques : abécédaires, petites encyclopédies, petites histoires, et toujours avec une joie et une vision légère et amusée.

L00085BECitions le Larousse des tout-petits, et tous ses volumes sur les noms, verbes, adverbes, adjectifs…

EF00731M   EF00732M

Citons ses abécédaires aussi (« L’Alphabet fou« , quel chef-d’oeuvre !)

Bref, plongez dans ses dessins, et allez jouer dans son univers !

 

Déferlante d’échos dans la savane montfortaise…

Voici venir un gros arrivage à la librairie : les deux premières époques quasi-complètes de la revue de BD « L’Écho des Savanes ».

BD01270GLe premier numéro paraît à l’été 1972, et c’est le choc. La BD était sage, plutôt destinée aux enfants, avec des traits biens faits. Elle devient provocante, scandaleuse, impudique (voire obscène, et en tout cas très sexuelle). Bref : ADULTE !

BD01272GFondée par Brétécher, Gotlib et Mandryka, elle ne publiera, dans les premiers temps, que des BDs de ces trois artistes-là.  Trimestrielle au début, elle se fait bimestrielle (au n°11) puis mensuelle (au n°16)… Il faut donc plus de BDs, et donc plus de dessinateurs ! D’autant que Gotlib et Brétécher partent dès le n°11 !

BD01275Arrivent alors au sommaire des BDs d’Yves Got, de Lob, de Moebius, de Pétillon, de Pichard, de Solé, et sont traduites des oeuvres de Crumb et de Wood.

BD01279GLa ligne éditoriale bouge, Mandryka part, et malgré l’arrivée de sang neuf (comme Jean Teulé, Martin Veyron, Vuillemin…), la revue arrête de paraître en 1982 (avec son n°84).

BD01258GSuite au dépôt de bilan des Éditions du Fromage (l’éditeur de « L’Écho des savanes »), c’est Albin Michel qui va racheter l’ensemble du fonds… et donc également la revue.

Augmentant la part du contenu rédactionnel, ils vont faire appel à de nouveaux noms pour la partie BD du magazine (la plupart des auteurs originels s’étant fait la malle chez d’autres éditeurs) C’est l’arrivée de van den Boogaard, Dimitri, Gillon, Liberatore, Magnus, Manara

BD01241GLa ligne éditoriale vire vers une sorte de magazine de société très fortement obsédé par le sexe… L’un de leurs faits-d’arme, d’ailleurs, est d’avoir publié la pré-originale de la BD de Manara « Le Déclic ».

BD01238GLe lot que la librairie vient d’acheter couvre toute la première époque, dès le n°1 de 1972, et s’arrête aux portes de 2004 (la revue s’arrêtera sous sa deuxième forme en décembre 2006, pour renaître en avril 2008, sous la direction des éditions Glénat).

Voila donc un ensemble qui court sur plus de 30 ans, et qui éclaire l’arrivée de l’âge adulte dans l’histoire de la BD en France !