A, comme… Ayerdhal, et son thriller « Transparences »

C’est avec une véritable émotion que je commence cet Abécédaire de Ma P’tite Librairie. Non pas parce que je tiens particulièrement à cette série de notules (vraiment pas). Mais parce que ce premier texte va me permettre de parler de Yal Ayerdhal.

YalÉcrivain de tous ces Mauvais Genres qui me parlent et m’occupent beaucoup (polar, SF, fantastique, fantasy…), Yal Ayerdhal nous a quitté il y a hélas à peine plus d’un an. La caractéristique du bonhomme, c’était d’être un vrai humain : entier, sympa, rieur, et conscient du monde. Ses livres, toujours écrits avec une rage et une vision politique poussée, n’en étaient pas moins extrêmement humanistes et vivants (d’ailleurs, ce n’est en aucun cas incompatible !)

Je crois que le texte de lui qui m’a le plus marqué, c’est Scintillements, que j’ai lu à l’époque dans la très fameuse anthologie Escales sur l’horizon. Un texte court, magnifique et humain.

Je ne pouvais pas commencer cette série de notule sans parler de lui.

TransparencesCe roman, Transparences, que je vous propose aujourd’hui, c’est une des grandes réussites du style Ayerdhal.

L’histoire ? Un enquêteur recherche une (très) jeune fille capable de perpétrer les plus affreux crimes dans une forme de détachement absolu… et découvre par là même une nouvelle lecture du monde contemporain et de son histoire. Certains critiques ont osé une comparaison étrange : Transparences, c’est Kill Bill qui rencontrerait l’érudition du Nom de la Rose ! Et malgré l’étrangeté de cette affirmation, c’est au final assez vrai.

Un livre à lire, en tout cas ! Et qui d’ailleurs se dévore !

Je ne le dirai jamais assez : lisez (ou relisez) Ayerdhal. Vous ne le regretterez pas.